10/08/2007

OM Files : l'enquête marseillaise

Les agents Dana Scully et Fox Mulder du département des affaires non classées du FBI étant spécialisés dans la recherche de la vérité sur les phénomènes paranormaux les plus complexes, il était logique de leur confier le dossier «OM». Leur objectif dans cette enquête, aller «droit au but» pour découvrir comment ce club créé en 1899 a d'abord conquis le cœur de la ville phocéenne avant d'étendre son emprise à la France entière vers la fin du XXème siècle en devenant le plus populaire de tous les clubs de football de l'hexagone.

Marseille - Stade Vélodrome – 10 août 2007 – 17h55

Scully : Mulder, pourquoi m'as tu demandé de te rejoindre ici ?

Mulder : Pour mieux comprendre la passion des marseillais pour leur club c'est ici que tout commence. La première pierre de ce stade a été posée en 1933 mais, suite à des problèmes de financement, sa construction a été suspendue pendant deux ans. C'est l'organisation par la France de la Coupe du monde de football en 1938 qui a relancé le projet de construction de ce stade de 35.000 places à l'époque. Son inauguration a eu lieu le 13 juin 1937 avec un match opposant l'OM au Torino pour une victoire 2 buts à 1 du club phocéen.
Dans ce stade, la ferveur et les chants des supporters font de ce public un véritable 12ème homme capable de transcender littéralement l'équipe qu'il supporte mais aussi d'exprimer clairement son mécontentement s'il le juge nécessaire. Les sept groupes de supporters de l'OM (Winners, Yankees, Dodgers, Fanatics, Commando Ultra 84, MTP, Club central des supporters), malgré leurs divisions, sont un membre à part entière de leur club puisqu'ils contrôlent eux mêmes une partie de la vente des abonnements et qu'ils ont souvent l'oreille attentive de la Mairie lorsqu'il s'agit de prendre des décisions importantes pour la vie du club.
Ce stade est habité par une telle passion pour le ballon rond qu'on y assiste parfois à des phénomènes paranormaux qui dépassent l'entendement. Ainsi le 23 juin 1984, lors du championnat d'Europe des nations, 54.848 spectateurs assistèrent au but miraculeux de Michel Platini à la dernière minute des prolongations de la demi-finale France-Portugal envoyant ainsi les Bleus conquérir quelques jours plus tard le premier titre de leur histoire. En 1991, lors du match retour du quart de finale de la coupe des champions OM-Milan AC, à une minute de la fin du match un pylône du Vélodrome rendit l’âme et l’arbitre M. Karlsson interrompit le match. Profitant de cet incident aujourd'hui encore inexpliqué, les Rossonneri quittèrent la pelouse arguant du fait que le match devait être rejoué.Après quelques minutes d’incompréhension générale, le projecteur recommença en partie à éclairer la pelouse. Devant le refus des Milanais de reprendre le jeu, l’arbitre siffla la fin du match envoyant l’OM en demi-finale. Le dernier évènement historique qui s'est déroulé ici a eu lieu lors de la Coupe du Monde 1998. Suite à un nouvel agrandissement du stade, c'est devant 60.000 spectateurs déchainés que Christophe Dugarry, dont la présence en équipe de France était pour le moins contesté, marqua le 1er but de l'épopée magique des Bleus à l'occasion du match France-Afrique du Sud.

Scully : En parlant de magie, lorsque j'ai interrogé les gens aux alentours du Vélodrome j'ai appris que vers la fin des années 80 un magicien venu du nord de la France arrivait à déclencher régulièrement de véritables scènes d'hystérie collective dans ce stade. Je suis relativement sceptique qu'un tel pouvoir hypnotique puisse exister. As tu des infos sur ce JPP dont on m'a tant parlé du côté de la Canebière ?

Mulder : Tout à fait Scully. JPP sont en fait les initiales de Jean Pierre Papin un buteur instinctif génial qui a inscrit ici quelques uns de ses plus beaux buts avec des reprises de volée et des retournés acrobatiques qu'on peut légitimement qualifier de surnaturels. On appelait ces gestes techniques venus d'ailleurs des papinades. Ils lui valurent cinq fois consécutivement le titre de meilleur buteur du championnat de France et même un ballon d'or en 1991. Ces buts incroyables dans des angles et des distances impossibles resteront à jamais gravé dans la mémoire de tous les supporters marseillais à tel point qu'ils l'élurent «Joueur Olympien du siècle». Mais c'est sans lui (et même contre lui) que l'OM est entré dans la légende du football français en remportant la Ligue des champions en battant 1 à 0 le grand Milan AC de Berlusconi le 26 mai 1993 au Stade Olympique de Munich.

Scully : En consultant les archives de la FFF et de l'UEFA, j'ai effectivement noté qu'à cette époque sous l'impulsion de son président un certain Bernard Tapie, l'OM a remporté entre 1989 et 1992 à quatre reprises le championnat de France de football. Il a même obtenu toute une série d'excellents résultats sur la scène européenne jusqu'à ce match de légende et ce fameux but de la tête de Basile Boli.

Mulder : C'est vrai, qu'au coup de sifflet final de la rencontre, cette tête «pas très belle» (de l'aveu même de son auteur), permit à tout le peuple marseillais de conjurer le souvenir douloureux de la finale perdue contre l'Etoile Rouge de Belgrade deux ans plus tôt. Ce coup de boule de l'ami «Basilou» a également réussi l'exploit de tirer des larmes de joie à son président Bernard Tapie (que sa propre femme n'avait jamais vu pleurer en vingt-cinq ans de vie commune !) et de rendre miraculeusement à son entraîneur, le vieux sorcier belge Raymond Goethals, ses jambes de jeune homme pour un sprint échevelé sur la pelouse munichoise.

Scully : C'est donc après cette apogée que débuta la longue descente aux enfers de l'OM, n'est ce pas ?

Mulder : Oui, six jours avant la finale de Ligue des champions, l'OM se déplaça à Valenciennes en championnat et s'imposa 1 à 0. Alors qu'un 5ème titre consécutif tendait les bras à l'OM, le libéro nordiste Jacques Glassmann accusa les dirigeants olympiens d'avoir tenter de le corrompre ainsi que ses coéquipiers Christophe Robert et Jorge Burruchaga par l'intermédiaire de Jean-Jacques Eydelie joueur de l'OM et de Jean-Pierre Bernès bras droit de Bernard Tapie. Le 24 juin 1993, au cours de l'enquête, 250.000 francs furent retrouvés enterrés dans le jardin de la tante du joueur valenciennois Christophe Robert. Cette corruption visait à demander aux valenciennois de lever le pied pour éviter aux joueurs de l'OM d'être blessé à quelques jours de la finale de Munich. Deux ans plus tard le tribunal correctionnel de Valenciennes rendit son verdict dans l'affaire «VA-OM» : les marseillais furent déchu de leur titre de champion de France 1993 et Bernard Tapie fut condamné à deux ans de prison dont une année ferme, trois ans d'inéligibilité et 20.000 francs d'amende (Peine allégée à deux ans dont huit mois fermes en appel). Jean-Pierre Bernès écopa quant à lui de deux ans avec sursis et 15.000 francs d'amende, Jean-Jacques Eydelie d'un an avec sursis, plus 10.000 francs d'amende, Christophe Robert et Jorge Burruchaga prirent eux six mois avec sursis assortis d'une amende de 5.000 francs. Il a ensuite fallu attendre la saison 1996-1997 pour voir l'OM faire son retour parmi l'élite du football français après deux années de purgatoire en deuxième division.

Scully : C'est alors à ce moment que Robert Louis Dreyfus, surnommé RLD, a pris les commandes du club c'est ça ?

Mulder : Non, C'est l'année suivante, en 1997, que ce brillant et iconoclaste homme d'affaire français (héritier de la richissime famille Louis-Dreyfus dont la fortune s'est faite dans le négoce de grains et l'industrie maritime) qui était à l'époque président d'Adidas, (société racheté à Bernard Tapie en 1993), devient actionnaire majoritaire de l'OM. Pendant 10 ans, ce passionné de football et de poker va engloutir plus de 200 millions d'euros dans ce club sans obtenir le moindre titre (si ce n'est une malheureuse Coupe Intertoto en 2005). Au final, tout ce que ce businessman chevronné aura obtenu de sa «danseuse» marseillaise c'est une condamnation du tribunal correctionnel de Marseille pour abus de biens sociaux, trois ans de prison avec sursis et 375.000 euros d'amende lors du procès dit «des comptes de l'OM». Ce procès est lié à quinze transferts sur la période 1997-1999 qui auraient donné lieu, à plus de 22 millions d’euros de commissions occultes destinées à des joueurs, des intermédiaires et des agents de joueurs. Dans cette affaire, c'est Rolland Courbis l'ancien entraîneur de cette époque qui a écopé de la plus lourde sanction. Il a été condamné à deux ans de prison ferme, plus dix-huit mois fermes pour révocation partielle de son sursis de condamnations précédentes. Dans cette affaire, la cinquième chambre de la cour d’appel d’Aix-en-Provence, rendra son délibéré final le 17 octobre prochain.

Scully : C'est sans doute pour cette raison que cet homme d'affaire respecté veut vendre l'OM depuis plusieurs mois ?

Mulder : C'est en effet l'explication la plus probable. Même s'il a depuis longtemps pris du recul dans la gestion quotidienne de l'OM en confiant les clés du club à des hommes de confiance (comme Pape Diouf, José Anigo et Albert Emon à l'heure actuelle), cette mise en cause de son honnêteté l'a profondément meurtri. C'est dans ce contexte juridique pesant que l'annonce de la vente du club avait été annoncée le 1er mars dernier à un certain Jack Kachkar homme d'affaire canadien d'origine d'origine arméno-syrienne élevé au Liban. Ce dernier voulait racheter le club 115 millions d'euros en promettant un budget recrutement quasi illimité censé faire venir à Marseille quelques uns des plus grands joueurs de la planète dont Samuel Eto'o, Carlos Tevez ou encore Michael Owen. Mais compte tenu des incertitudes pesant sur ses garanties bancaires, l'opération de vente de l'OM échoua à la fin du mois mars 2007. Bien en a pris à Robert Louis Dreyfus car aujourd'hui la société Inyx dirigée par Kachkar fait l'objet de plusieurs plaintes de la part de ses créanciers américains et a été placé en redressement judiciaire. RLD, de son côté, vient de s'attacher les services de maître Pierre Haïk, un ténor du barreau parisien, pour défendre ses intérêts suite à la plainte qu'il a déposé pour faux et usage de faux et escroquerie contre Kachkar concernant la garantie bancaire de 115 millions d'euros que ce dernier avait produit pour racheter l'OM.

Scully : Et au niveau sportif ça se passe comment en ce moment pour ce club huit fois Champion de France et détenteur de dix Coupes de France ?

Mulder : C'est assez moyen, il faut bien le reconnaitre. En fin de saison dernière, la défaite de l'OM contre Sochaux en finale de la coupe de France après la séance de tirs au but a même été la goutte d'eau qui a fait déborder le vase à 200 millions d'euros de Robert Louis Dreyfus. Dans le vestiaire, sa frustration d'avoir une nouvelle fois échoué en finale comme l'année précédente contre le PSG (l'ennemi héréditaire de tout supporter marseillais qui se respecte) fut si grande qu'il n'hésita pas à traiter ses joueurs de «tas de petits bourgeois de merde, sans caractère !». Cependant c'est peut être grâce à cette gueulante mémorable qu'une semaine plus tard son club s'imposa 2 buts à 1 dans le chaudron des «petits hommes verts» de Saint-Étienne lui permettant ainsi de décrocher la seconde place du championnat et la qualification directe pour la prochaine Ligue des Champions.

Scully : Tu crois vraiment que l'OM peut légitimement entretenir l'espoir de remporter à nouveau cette compétition ?

Mulder : Je ne sais pas mais en tout cas, ce sera très difficile car compte tenu de leur fiscalité et de l'arrêt Bosman, les clubs français sont aujourd'hui beaucoup moins bien armés que leurs homologues européens pour attirer les meilleurs joueurs et donc s'imposer au plus haut niveau européen. De plus, l'OM a perdu à l'intersaison un de ses meilleurs éléments en la personne de Franck Ribery. Néanmoins les 26 millions d'euros du montant de son transfert au Bayern de Munich (plus quatre autres millions en cas de qualification du Bayern pour la Ligue des champions) ont permis au club d'effectuer un recrutement de qualité avec notamment les achats de très bons joueurs comme Djibril Cissé, Karim Ziani, Benoît Cheyrou, Gaël Givet ou encore boudewijn Zenden. Si on ajoute à ça, le talent prometteur du jeune Samir Nasri et une intervention de la bonne mère, on peut pourquoi pas, avec beaucoup d'optimisme, éventuellement envisager la possibilité de voir l'OM se retrouver en juin prochain en finale au stade Luzhniki de Moscou afin de rééditer son exploit de 1993. Cependant même si l'OM ne parvient pas à remporter à nouveau le trophée suprême tous les amoureux de l'Olympique de Marseille ne rêvent que d'une chose (outre le fait, bien entendu, de battre le PSG !) : que leur club préféré mette enfin un terme à la domination sans partage de l'OL sur le championnat de France.

Scully : L'OL ... ? Ah oui, l'Olympique Lyonnais ! C'est bien le club dirigé par Jean-Michel Aulas, ce président ambitieux, manipulateur et prétentieux qui depuis six ans domine sans partage la Ligue 1 mais qui chaque année se montre incapable de franchir le cap des quarts de finale de la Ligue des Champions ? Mais attend, c'est peut-être ça le vrai secret de l'amour des français pour l'OM : le fait d'avoir été le premier club tricolore à remporter cette épreuve ce fameux 26 mai 1993 !

Mulder : Bien joué Scully. Je crois que tu viens tout simplement de boucler notre enquête sur l'Olympique de Marseille. En effet, au delà des affaires judiciaires, de l'absence de trophée remporté depuis dix ans et de la rumeur faisant état de l'influence de la mafia locale sur la vie olympienne, c'est sans aucun doute le souvenir de la conquête de cette coupe «aux grandes oreilles» qui explique pourquoi le nombre des sympathisants de l'OM s'élève encore aujourd'hui à plus de 9 millions à travers la France toute entière. Voilà donc enfin une affaire classée ! Nous pouvons maintenant nous remettre à la recherche des preuves du complot visant à cacher l'existence d'une invasion imminente de notre planète par les extraterrestres !!!


3ème mi-temps

Le bon vieux temps de l'OM triomphant
Si la vidéo ne démarre pas ou reste bloquée sur "loading...",
double cliquez dessus pour la lire depuis le site Dailymotion.


C'est bon d'avoir soif de victoires

Si la vidéo ne démarre pas ou reste bloquée sur "loading...",
double cliquez dessus pour la lire depuis le site Dailymotion.


«Nous sommes les marseillais...»
Si la vidéo ne démarre pas ou reste bloquée sur "loading...",
double cliquez dessus pour la lire depuis le site Dailymotion.

19 commentaires:

condor a dit…

Très original ! bravo à toi !!!

Munich, un soir de mai 93 a dit…

Il est parfait cet article, quelle originalité dans le style !! juste bravo

"L'OL ... ? Ah oui, l'Olympique Lyonnais ! C'est bien le club dirigé par Jean-Michel Aulas, ce président ambitieux, manipulateur et prétentieux qui depuis six ans domine sans partage la Ligue 1 mais qui chaque année se montre incapable de franchir le cap des quarts de finale de la Ligue des Champions ? Mais attend, c'est peut-être ça le vrai secret de l'amour des français pour l'OM : le fait d'avoir été le premier club tricolore à remporter cette épreuve ce fameux 26 mai 1993 !"

mdr et merci, ça fait telllement de temps qu'on le dit (14 ans exactement comme nous le rabachent certains 'supporters' lyonnais)

Tox75 a dit…

Sympa l'article. Original, même si ça vient d'un supporter marseillais !!

fruityfranck a dit…

Article très sympa résumant bien la relation amour-haine du peuple marseillais avec son équipe chérie, ce peuple toujours très rapide pour bruler ce qu'il y a 5mn il adorait encore...

Jean-Michel Largué a dit…

Article intéressant qui a su dépasser la banalité du sujet initial - Marseille, son histoire - en employant un ton innovant et ludique. Félicitations !

escober a dit…

Cette relation est le fruit de la passion... la passion que l'on a pour notre club, ce club qui nous représente à travers le monde, il représente notre ville, notre région et ses habitants... ces habitants sont tellement fiers (culture typique des regions du sud) d'être Marseillais, fier de représenter cette ville. Car tout dans l'histoire de Marseille fait de cette ville une ville à part et ses habitants des êtres aussi a part.
Nous ne brulons pas ce que nous adorions quelques minutes auparavant, nous exprimons notre mécontentement envers certaines situations...mais un joueur qui est rentré dans notre coeur devra faire quelque chose de grave pour en sortir...car celui qui aura marqué l'histoire du club aura marqué l'histoire la ville. A lui de la marquer de façon positive et libre à nous de juger...

lugdulu67 a dit…

Bravo pour ton article il est super sympa. Je me suis bien marré.

Petit message à tous les supporters marseillais : vous avez raison d'être fiers de votre club et de votre ville, et même de votre région. C'est aussi mon cas.

Je suis supporter lyonnais depuis tout petit soit bien avant les titres (j'ai 40 ans)j'allais au stade avec mon grand père. Mon grand père aussi était supporter de Lyon, mais il m'a appris le plaisir du jeu et le respect de l'adversaire.

C'est pour cela que j'étais malgré tout supporter aussi de Saint-Etienne et de Marseille ; qu'un soir de 91 à Bari dans le stade j'ai pleuré comme un con parce que vous aviez la meilleur équipe du monde mais que c'est l'étoile rouge qui a levé les bras.

C'est pour cela aussi que votre finale de l'UEFA 2004 perdue m'a aussi énormément déçu.

On est nombreux à penser qu'il faut être supporter des clubs français en coupe d'europe, et je serai derrière l'OL, l'OM et le TFC dès mercredi pour aller le plus loin possible en LDC et que le meilleur gagne.

escober a dit…

C'est bien, personnellement je n'arrive pas à supporter un autre club francais, mais je souhaite quand même bonne chance à l'OL (pitin ça fait mal) et à ToLoose...

J'ai aussi pleuré en 91....

lugdulu67 a dit…

Je suis sur que si l'OL allait en finale tu serais derrière nous comme toute la France serait derrière Marseille si c'était votre cas. En fait le pire serait une finale OL-OM et en même temps se serait le meilleur... Bon allez j'arrête de planer.

escober a dit…

Bein arrivez en finale, comme ça je pourrais voir...lol.

Certainement que je serais pour Lyon (sauf si c'est contre l'OM) mais je n'arrive pas à me l'imaginer...Moi entrain de supporter Lyon...C'est chaud !!!

Adam a dit…

Très bonne idée de tourner l'article sous un angle narratif.

Ju le marseillais a dit…

Chapeau, c'est frais.

En plus, c'est exactement ça. la deuxième fois c'est jamais pareil !

T'aurais juste pu dire que l'OM a été le premier club à détrôner un club parisien en Coupe de France et que c'est le dernier club à avoir connu la D2, puisque naturellement qualifié en D1 lors de la création du championnat professionnel en 1937 si je ne m'abuse. Ca laisse le temps de créer des affinités...

Bravo

Adam a dit…

En tant que supporter de l'OM, mais surtout supporter du FOOT, je souhaite bonne chance aux Lyonnais, Toulousains, Lensois, Rennais, Bordelais et autres Sochaliens engagés dans une compétition européenne.
Vivement l'Europe !

lugdulu67 a dit…

Bien d'accord avec toi et souhaitons que les clubs français engagés en coupe d'europe produisent du jeu (un peu plus que bordeaux ou lille la saison passée) quitte à sortir autant le faire la tête haute.

Nieso a dit…

Je rejoins Jean-Mimi (pas si largué que ça ^^)

Bravo !

Ju le marseillais a dit…

Vraiment 10/10

jo58 a dit…

Salut, tout d'abord allez l'ohème !!! Pour ce qui est de ton article il est très bien monté et plutôt original. Bravo à toi !

blablabla a dit…

SUPER L’ARTICLE CHUI MORT DE RIRE.tu devrais écrire des scénario pour des films comique. A au fait un tuyau pour scully.les extraterrestres c'est du coté de Lyon qu’il faut chercher.

Anonyme a dit…

Chaque nouvel article est un exercice de style réussi mais cela n'éclipse en rien le contenu, toujours aussi pertinent.

Keep blogging!